[Tranche de vie] Mon petit chat par Cindy Costes

Bonjour à tous,

Après quatre nouvelles, dont la première, C’est pour ton bien a rencontré un immense succès, Cindy Costes revient avec son premier roman : Mon petit chat.

Fidèle a elle-même, elle nous livre un récit rafraîchissant, feel good et ancré dans la réalité… quoi que. Cette fois-ci, l’auteure a décidé d’aborder le handicap avec ses répercutions familiales et sociétales.

Comme pour son précédent best-seller, Cindy Costes a opté pour l’auto-édition. Mon petit chat est sorti en décembre 2020.

Encore merci pour cet ebook dédicacé.

Pour quels lecteurs ?

– Tout public

– Amateurs de tranches de vie, de romans feel-good ou de littérature contemporaine

– Auteurs souhaitant insuffler un peu de magie dans un environnement bien réel

L’intrigue

Léo, malade depuis sa tendre enfance, entre difficilement dans l’adolescence. Le mal-être devient familial.
Chacun traverse cette période mouvementée du mieux qu’il peut quand un mystérieux félin adopte la maisonnée.
Le poids des larmes et de la colère s’allège alors sensiblement. C’en est presque… magique ?

Ode à la vie, ce roman choral vous entraînera dans un tourbillon d’émotions.

Mon Avis

Mon petit chat est un roman à plusieurs narrateurs, qui débute dans la peau de Sandra, la mère de famille. L’incipit progressif plante de décor, nous familiarise en douceur avec la maisonnée et apporte aussi très vite son lot de questionnements.

Par la suite, chaque membre de la famille va donc prêter sa voix à tour de rôle pour faire avancer l’intrigue de son propre point de vue, mais pas seulement. En effet, des membres extérieurs (comme Aélys, une amie de Léo, même si ce n’est pas gagné au départ) ou, plus surprenant, le chat vont également se prêter au jeu. Une manière subtile de faire évoluer des intrigues secondaires parallèlement à la principale.

Grâce à ce choix focal, les personnages gagnent en profondeur. Nous les découvrons tour à tour aussi bien de façade comme au plus profond de leur être. Ils nous confient leurs joies et leurs peines. Nous révèlent ce qu’ils préfèrent taire aux autres, par honte, peur ou pudeur. Cela les rend donc terriblement humains et on s’attache assez facilement à tous, quel que soit leur caractère. Globalement, si les enfants ont tous leur propre façon de parler, qui diffère légèrement selon leur personnalité et âge, la différenciation est moins marquée pour les adultes. Néanmoins, chacun dispose malgré tout de ses petites mimiques et tiques de langages qui lui est propre, permettant ainsi de distinguer tout ce petit monde, si on passe un peu rapidement sur la glyphe.

Vous le savez peut-être, je suis une heureuse maman de trois chats, j’adore ces boules de poils et surtout la façon dont ils communiquent avec nous. À ce niveau-là, je dois dire que je n’ai pas du tout été déçue, car Cindy Costes a su reproduire leur côté fier, majestueux et bienveillant, mais aussi leur comportement. Et si vous vous dites parfois qu’il  » ne leur manque plus que la parole « , c’est chose faite et je ne résiste pas à vous montrer un extrait que j’aime beaucoup :

 » Les deux garçons sont en train de goûter en regardant une vidéo sur le téléphone d’Alexandre. Ils rigolent en chœur. La mère a été retenue au travail, elle ne va toutefois pas tarder à rentrer. C’est le moment idéal. Je passe chez les voisins pour atteindre le devant de la maison et d’un bond léger et gracieux, me hisse sur le rebord de la fenêtre de la cuisine.
— Miaou, miaou, miaou.
Rien, aucune réaction. J’ai pourtant pris ma voix la plus attendrissante. Celle à laquelle personne ne résiste. En des centaines d’années de carrière, c’est bien la première fois que ça m’arrive. Bien, je vais un tantinet monter le son.
— Miaou ! Miaou ! Miaou ! « 

Si vous aussi vous avez des animaux, vous vous êtes sans doute rendu compte de leur instinct protecteur, vis-à-vis des personnes du foyers comme de la famille étendue, voire même des amis. Ce côté-là est aussi bien retranscrit, car cette fripouille toute noire, n’est pas un simple chat. Ne l’appelez pas comme ça, vous risquerez que le froisser. Et pour cause, c’est un ange ! Oui, oui, un ange gardien. Pas comme Joséphine, mais pas si loin non plus.

En effet, à travers le monde, la symbolique autour des chats est très forte. Tantôt positive, elle met en avant sa sagesse, sa réflexion, son agilité et son ingéniosité. Cependant, son côté sournois et imprévisible, lui confère également une aura maléfique et celle-ci se trouve décuplé lorsque l’animal est noir. Serviteur des sorcières comme des Enfers, on l’associe sans difficulté au serpent. On lui prête 7 vies et le pouvoir de voir les défunts.

Cindy Costes se sert également de cette ambivalence pour développer un univers millénaire quel que peut fantastique autour de l’animal. On aurait d’ailleurs pu y voir un point de bascule vers ce genre, mais que nenni. L’auteur garde les pieds sur terre et nourrit son intrigue d’un soupçon de mysticisme saupoudré çà et là. Cette alchimie fonctionne parfaitement et apporte même une certaine fraîcheur à l’atmosphère. De plus, cet univers permet, entre autres, de légitimer l’arrivée du chat dans la famille et son action sur chacun de ses membres. Si vous désirez en savoir plus, sur ce point, je ne peut que vous inviter à lire Mon petit chat.

Rappelons que la présence du félin est due à la maladie de Léo : le diabète de type 1. Une maladie contraignante qui nécessite un suivi quotidien stricte, qui laisse peu de place à la liberté et la fantaisie à laquelle aspirent les enfants de son âge. Là encore, ce handicap est dépeint avec beaucoup de justesse et l’auteure n’épargne aucun aspect, pour Léo comme pour son entourage.

Terminons par le style qui, s’il est perfectible par endroits, n’en reste pas moins moderne et captivant. En effet, celui-ci est plutôt simple, dénué de fioritures et adopte parfaitement de rythme des actions. Les descriptions s’y mêlent à merveille. Savamment dosées en longueur et récurrence, elles nous aident à nous représenter les lieux, actions et personnages. Sans oublier les prises de bec entre gamins et l’humour, qui adoucissent l’atmosphère, garantissent une sorte de fraîcheur et l’empêche de sombrer dans le pathos larmoyant.

Le Verdict

Si vous pensez que la littérature contemporaine ou la tranche de vie sont des genres plan-plan que l’on lit faute de mieux juste avant de dormir, vous avez tout faux. Certes, il n’est pas question de sauver le monde d’une menace imminente et de faire face à un grand méchant. Mais la vie quotidienne n’est pas faite de grands enjeux extraordinaires.

C’est un puzzle de petits riens qui, parfois, forment des engrenages, qui adsorbent une personne, puis sa famille. Chacun doit y faire face avec son vécu, ses sentiments et son caractère. Si isolées, ces membres sont capables du pire comme du meilleur, c’est ensemble qu’ils doivent faire face, telle une équipe, pour décrocher la victoire sur la maladie et reprendre le contrôle de leur vie.

De plus, Cindy sait ménager et alimenter le suspense, mais aussi amener des rebondissements et péripéties pour nous maintenir en haleine. Le lecteur assiste impuissant à une véritable descente aux Enfers de plus en plus rude avant de nous montrer que même au fond du gouffre, un simple rayon de lumière peu tout changer et ranimer l’espoir.

En bref, Mon petit chat est un roman feel good dans l’air du temps qui saura vous émouvoir comme vous faire rire. Cindy Costes aborde la thématique du handicap invisible, à un âge très difficile, avec beaucoup de justesse et de bienveillance. Léo, ses amis et sa petite famille se révèlent, au fil des chapitres, comme autant de personnages attachants et cohabitent dans une intrigue très surprenante et résolument moderne.

Retrouvez Cindy Costes sur son site, Facebook & Instagram.

Suivez le lien pour vous procurer ce livre.

2 réflexions sur “[Tranche de vie] Mon petit chat par Cindy Costes

  1. Merci énormément pour cette magnifique chronique, superbement argumentée.
    Je sais que tu es une lectrice exigeante, et j’en suis d’autant plus ravie d’avoir réussi à te convaincre avec ce texte qui me tient tant à cœur.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s