[Nouvelle VO] Making Dylan Maxwell par Moxie Mezcal

Making Dylan Maxwell

Bonjour à tous,

Happy New Year everybody !

Lorsque j’avais réalisé la chronique de Concrete Underground, il y a quelques mois, je vous avais parlé de Making Dylan Maxwell, un récit court centré sur un des personnages principaux du roman. Chose promise, chose due !

Making Dylan Maxwell est un récit court, indépendant de Concrete Underground publié, en autoédition, en 2015 par Moxie Mezcal. Comme son grand frère – et l’ensemble de sa production – il vous est possible de le trouver gratuitement sur la toile.

Pour quels lecteurs ?

– Tout public

– Amateurs de récits courts et indépendants

– Personne souhaitant écrire la genèse d’un personnage

L’intrigue

Meet Dylan Maxwell, billionaire dot-com CEO and world class deviant. Tired of the same old thrills, he dreams up a new game for the rich & powerful, convincing them to put everything on the line – their fortunes, their reputations, even their lives.

Rencontrez Dylan Maxwell, PDG milliardaire 2.0 et déviant de classe internationale. Fatigué des sempiternelles sensations fortes, il imagine un nouveau jeu pour les riches et puissants et les convainc de tout miser dessus : leur fortune, leur réputation, et même leur vie.

Mon avis

Même s’il s’est passé quelques mois depuis ma lecture de Concrete Underground, j’ai très vite replongé dans l’ambiance. Mais avec un petit goût de déjà lu. En effet, Making Dylan Maxwell est un véritable patchwork d’extraits tirés de Concrete Underground. Le récit est entrecoupé de « — » qui indiquent précisément les passages où des coupures ont été effectué.

Nous retrouvons D alors qu’il essaie d’entrer à la soirée Labyrinthine à laquelle il est invité par l’intermédiaire d’une connaissance de Dylan dans le but de l’interviewer. Ce récit se focalise sur les petits jeux pervers de Dylan, nous en explique le fonctionnement et nous fait vivre l’un d’eux.

Rien de plus. L’avantage : permettre aux lecteurs de tester le niveau d’anglais avant de se lancer (oui pas) dans la lecture de Concrete Underground.

Pour le reste, comme il s’agit d’un copier-couper-coller, je vous invite à vous référer à ma chronique sur Concrete Underground. Vous y trouverez tous les détails sur le style, l’intrigue, les personnages et plus encore.

Le Verdict

Certes, le récit coïncide avec la quatrième de couverture. Cependant et compte tenu du titre, je m’attendais à autre chose. Plus à une sorte de making of romancé. Une genèse. Enfin, tout sauf à un patchwork de passages choisis.

Dans un sens, heureusement que ce récit est disponible gratuitement, car je trouve le procédé un peu facile.

Bref, pour moi, y a pas photo. C’est Concrete Underground ou rien ! Par contre, si vous voulez vous donner un aperçu du niveau et de l’ambiance, allez-y, vous ne serez pas déçus.

Suivez le lien pour vous procurer ce livre.

déception

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s