[Romance Fantastique] Les Héritiers de Nàdar Livre 1 ~ Alba par Terry Dunes Carreto

Les Héritiers de Nàdar T1

Bonjour à tous,

Alors que les feuilles rousses tombent les unes après les autres pour tapisser les trottoirs et que les premiers frimas pointent déjà le bout de leurs flocons, je vous ai sélectionné un livre de saison.

Prenez votre plaid et une bonne tasse fumante, nous partons pour Londres à la découverte d’Alba, le premier volume des Héritiers de Nàdar. Également premier roman de Terry Dunes-Carreto et publié en autoédition depuis juin dernier.

Je remercie chaleureusement l’auteure pour cette découverte incroyable.

Pour quels lecteurs ?

– Public averti (certaines sont susceptibles de heurter le jeune public)

– Inconditionnels de fantastique

– Passionnés de nature sous toutes ses formes

– Personnes désirant créer un univers complexe

L’intrigue

Londres, 2018. Alba REID, 28 ans, jeune productrice de cinéma, quitte la France pour échapper à un passé affectif chargé et une enfance aux multiples mystères. À la recherche d’une vie normale, sa véritable identité la rattrape. C’est de sa rencontre et de son lien avec un mystérieux inconnu que changera sa vision de l’humanité… faisant d’elle une héroïne d’une toute autre Nature.

Un récit fantastique et mythologique au cœur de l’Angleterre et de l’Écosse moderne.

Mon avis

Dès les premières pages, l’univers des Héritiers de Nàdar nous apparaît dans toute sa complexité. Et pour cause, il mêle deux temporalités trois différentes : le passé emprunt de mythologie, notre présent et une troisième que je vous laisse découvrir. Ce qui contribue à créer une structure enchâssée passé/présent et mythe/réalité.

En plus d’être très travaillé, cet univers est riche et d’une cohérence sans failles. On apprécie les nombreuses références mythologiques, littéraires et cinématographiques qui le renforcent.

Côté style, la narration bénéficie du triptyque gagnant : fluidité, simplicité et efficacité. Dans le détail, le narrateur à la troisième personne change, selon les chapitres, de point de vue. En effet, la majeure partie du temps, nous suivons l’intrigue à travers les yeux d’Alba. Par moments, sans glyphe en début de chapitre, Matt prend le relais.

Les descriptions sont très fournies et imagées. De ce fait, on se représentent très bien les lieux, les personnages et leurs actions.

« Un vent léger commença à souffler et quelques branches du jeune cognassier de l’arrière-cour claquèrent en rythme sur les carreaux. Il en résulta une gigantesque et funèbre danse, presque fantomatique, de leurs ombres sur le pan de mur juste en face, tout près de moi. Je frissonnais alors. La pièce, d’ordinaire démodée et inintéressante, se montrait ici sur son jour le plus effrayant. La scène aurait pu m’encourager à me lever mais je restais silencieuse et béate à la vue du spectacle. Peut-être était-ce le fruit de mon imagination lorsque j’entrevis les ombres chinoises de deux branches qui s’entrelaçaient majestueusement dans une remarquable étreinte. »

Ici, le suspense est généré d’emblée par la structure même du récit. À laquelle il convient d’ajouter l’intrigue en dents de scie et les différentes péripéties, qui sont à la fois générateurs de tension et la module. Ajoutons encore les mystères, qui s’épaississent au fil des chapitres, les nombreux cliffhangers – qui renforcent son potentiel addictif – et les multiples éléments et actions spectaculaires. Le résultat est sans appel : j’ai vraiment eu l’impression de lire un blockbuster. En effet, ce roman. m’a happé dès les premières pages, m’a tenu en haleine tout le long de ses 622 pages pour me sortir de ma transe au point final.

Passons à présent aux personnages. Si ceux-ci sont suffisamment nombreux, ils sont surtout bien répartis. En effet, on en dénombre 4 principaux pour 8 secondaires et une dizaine de personnages tertiaires et figurants.

Leur présentation très progressive nous laisse le temps de les assimiler et permet également à l’auteur de les construire individuellement. Ainsi, ils forment une véritable mosaïque d’individus dotés de personnalité, caractère, habitudes, envies, aspirations et idéaux… qui leur sont propres.

En plus de tout ceci, le recours régulier à l’humour, qu’il soit cinglant, ironique, second degré ou encore bon enfant, renforce la dimension humaine des personnages et créer de la convivialité. De ce fait, on s’y attache facilement.

Finissons avec l’aspect symbolique du roman. Comme annoncé dans l’interview, deux grands thèmes dominent ce premier tome.

Sans surprise, le plus important n’est autre que la Nature. Bienveillante, parfois cruelle, ses lois nous sont impénétrables. Les Héritiers de Nàdar nous rappelle qu’elle est la base de la vie, dont nous nous détachons souvent et ici, elle nous ramène à notre propre mortalité et notre ignorance des grands mystères de la vie. Pourtant, à l’instar d’Alba, nous sommes tous liés à la nature dont nous avons besoin. Pour Alba, ce lien est simplement amplifié pour les besoins de l’intrigue. Comparable à la force du lien amoureux unissant deux êtres fusionnels, qui deviennent dépendants l’un de l’autre.

Intrinsèquement lié à la nature, le thème des langues nous est présenté assez tôt. En effet, Alba est polyglotte et , dans l’attente de mieux, donne des cours de langues à domicile. Ici, les langues dominantes sont incontestablement le gaélique écossais et le nàdar, une langue inventée par l’auteure. Toutes deux bénéficient d’une transcription phonétique et textuelle (pour la seconde) de façon à nous aider à les prononcer. Ici, l’omniprésence des langues nous fait prendre conscience qu’il est réducteur d’assimiler une langue, même morte, à un moyen de communication, car elles sont avant des moyens de transmission et portent en elles l’évolution de notre civilisation.

Le Verdict

En bref, Alba, le premier volume des Héritiers de Nàdar est un excellent primo roman, qui laisse présager une série fantastique… dans tous les sens du terme. Très bien travaillé et très addictive, elle ne souffre d’aucun défaut.

Certes, avec ses 622 pages, ce roman a des allures de pavé, mais je n’y est trouvé aucune lenteur ni longueur et pas le moindre passage superflu.

Que vous aimiez le fantastique, les romances et/ou notre belle planète, vous y trouverez de nombreux messages pour la préservation de notre environnement, l’acceptation de la différence, la résilience… Le tout avec une bienveillance rafraîchissante exempte de moralisation.

En plus, l’auteure va jusqu’au bout de ses paroles et reverse 15 % du bénéfice des ventes à la célèbre WWF (World Wilde Fund) pour la protection de notre planète. Ce qui érige cette série au rang d’ambassadrice de la cause qu’elle défend.

Avec son intrigue ficelée et menée à la perfection, cette série saura convaincre les climato-sceptiques et ravira les amoureux de l’environnement. Mais surtout, elle nous rappelle à quel point la nature nous est précieuse. Puisqu’elle prend soin de nous, prenons soin d’elle à notre tour… naturellement.

Un roman à lire absolument donc, et vous pourrez compter sur la Bibli’ pour suivre cette jeune auteur dont on a pas fini de parler. En attendant la sortie du second opus actuellement en cours d’écriture, rendez-vous sur le site de Terry Dunes-Carreto, Facebook et Twitter.

Suivez le lien pour vous procurer ce livre.

coup de foudre public averti

Une réflexion sur “[Romance Fantastique] Les Héritiers de Nàdar Livre 1 ~ Alba par Terry Dunes Carreto

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s