[Heroic Fantasy] L’Autre Royaume – La Grande Barrière de Roche par Gavriel Howard Feist

Autre Royaume

Bonjour à tous,

Quand il s’agit de bousculer les codes de l’heroic fantasy, on peut faire confiance à Gavriel Howard Feist. L’Autre Royaume – La Grande Barrière de Roche, son dernier roman prouve que ce genre n’a décidément rien de poussiéreux.

Sorti en mars dernier aux Éditions du Saule, il promet une quête inédite pour la sauvegarde de l’humanité. Alors faites vos valises !

Je l’auteur et l’éditeur de m’avoir confié ce SP.

Pour quels lecteurs ?

– Ados-adultes

– Adeptes de Fantasy

– Personnes désireuses de réinventer l’heroic Fantasy

L’intrigue

La légende voulait qu’en des temps reculés, une immense barrière de roche se soit levée en une seule nuit pour préserver l’Humanité de l’Autre Royaume.

On prétendait que derrière la Barrière, ultime rempart de la civilisation, s’étendait le domaine de la sorcellerie et des créatures terrifiantes.

Pour protéger le monde des Humains, une expédition va devoir s’aventurer dans les profondeurs de la Grande Barrière de Roche. Ce qu’ils y découvriront les marquera à jamais.

Mon avis

Traditionnellement, la fantasy (et plus particulièrement l’heroic fantasy) est un genre du passé. On y trouve volontiers des petits villages agricoles reculés, des châteaux forts aux remparts imprenables et diverses bestioles tout droit sortis des contes de fées. Ah, nostalgie du folklore médiéval…

Du coup, je vous laisse imaginer ma surprise face au prologue qui se situe… en pleine conquête spatiale ! Jamais un incipit progressif ne m’avait fait un effet pareil. Ce décalage, qui semble irréel, nous bouscule et nous fait nous poser des milliers de question du genre « Je suis bien en train de lire de la fantasy, là ? ». Et pour y répondre, pas d’autre choix que poursuivre la lecture.

Si ce léger mélange des genres vous inquiète, rassurez-vous, la fantasy revient définitivement dès le premier chapitre. Et j’ai bien dit définitivement. D’ailleurs, le roman suit une construction assez simple, mais diablement efficace : l’enchâssement. Nous avons donc un prologue qui fait germer de très nombreuses questions. Lesquelles trouveront une réponse plus ou moins complète dans l’épilogue. Et entre les deux : l’intrigue.

De ce fait, au fil des chapitres, j’ai commencé à me poser d’autres question, plutôt dans le genre « On est où, en fait ? », « Sur Terre ? », « Quelque part dans l’espace sur une planète que n’a pas de nom ? ». Parce que si le vocabulaire relativement châtié des personnages nous ramène à notre bon vieux Moyen Âge, ce monde-là grouille de Bestioles tellement bizarres qu’on les croirait presque sorties d’Alien. Le tout dans un univers assez coloré et réaliste.

« À peine l’eut-il prise dans ses bras qu’une silhouette apparut sur le sentier. Mesurant près de deux mètres, la créature se tenait sur des jambes arquées et courtaudes, penchée en avant sur de longs bras musculeux. Elle avait une allure simiesque, mais son corps était dépourvu de la moindre pilosité. Sa peau noire, aux reflets bleutés, semblait aussi épaisse que du cuir. Elle avait une mâchoire carrée, surmontée d’une large bouche s’ouvrant sur une impressionnante rangée de dents pointues. Enfin, ses yeux étaient comme deux rubis sous de proéminentes arcades sourcilières. Impossible de la confondre. C’était…

Une Bestiole ! »

Sans transition, passons aux personnages.

Le nombre d’actifs se monte à une quinzaine d’individus environ répartis en 3 races : humain, nain et elfe. Au fil des rencontres, l’auteur nous explique les caractéristiques de chacune, nous permettant ainsi de mieux appréhender les forces et faiblesses. Dans le détail, leur construction est telle qu’ils nous apparaissent vite aussi réalistes qu’attachants.

Place enfin, au style. Comme je l’ai mentionné plus haut, l’univers dépeint est assez coloré et réaliste, ceci grâce aux descriptions très imagées qui assurent une immersion immédiate. Si elles aident à faire monter la tension par moments, elles se révèlent tout simplement épiques lors des combats.

De son côté, la narration est fluide et ponctuée de traits d’humour bien sentis (qui ne viennent pas que des nains). Ajoutez de nombreuses péripéties et retournements de situation qui apportent de la difficulté et contribuent à faire augmenter le danger ; un suspense haletant et des révélations égrainées jusqu’à la dernière page. Vous obtenez un roman addictif à souhait qui se dévore d’un trait.

Seul bémol, des coquilles résiduelles qui cassent parfois la fluidité de l’œuvre. Rien de bien grave, mais une dernière relecture s’impose.

Le Verdict

La fantasy se prête décidément à des mélanges inattendus, mais qui fonctionnent. En effet, ce genre est assez pratique, car avec lui, pas besoin d’être sur Terre, il suffit d’utiliser ses codes et d’y insérer de la SF par petites touches. Comme ce genre est déjà « races friendly », rencontrer une faune extra-terrestre n’est en définitive, pas si surprenant. Du moins, quand on y réfléchis…

Avec L’Autre Royaume, Gavriel Howard Feist signe sa 3ème production et ça se voit. Tout comme son expérience de rôliste, d’ailleurs. Il maîtrise son monde à la perfection et nous invite à prendre part à une quête unique en son genre.

Un excellent roman, doté une intrigue qui nous happe et ne nous lâche plus avant la fin. Mais on n’en sort pas rassasié pour autant, car les quelques mystères restés en suspend aiguisent déjà notre appétit pour la suite. Hélas, il faudra attendre. Un peu de patience, donc.

En attendant, cette œuvre 100 % addictive m’a donné envie de me plonger dans la bibliographie de l’auteur et de dévorer ses autres ouvrages. Si comme moi, vous désirez le suivre, rendez-vous sur Facebook et son site.

PS : n’oubliez pas, Gavriel Howard Feist dédicacera L’Autre Royaume, le 6 juillet prochain, à la librairie de Dunkerque, de 15h à 18h. Venez nombreux !

N’oubliez pas, le Mois Féérique s’achèvera le 29 Juin avec un article consacré aux Éditions du Saule. À bientôt.

Suivez le lien pour vous procurer ce livre.

coupdecoeur

Une réflexion sur “[Heroic Fantasy] L’Autre Royaume – La Grande Barrière de Roche par Gavriel Howard Feist

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s