La parole à… Gavriel Howard Feist

GHF-Image

Bonjour Gavriel, je te remercie d’avoir accepté ma demande d’interview. J’espère que tu n’as rien contre le tutoiement, car c’est un usage ici.

Avant de te harceler de questions, je vais présenter L’Autre Royaume – La Grande Barrière de Roche aux lecteurs.

La légende voulait qu’en des temps reculés, une immense barrière de roche se soit levée en une seule nuit pour préserver l’Humanité de l’Autre Royaume.

On prétendait que derrière la Barrière, ultime rempart de la civilisation, s’étendait le domaine de la sorcellerie et des créatures terrifiantes.

Pour protéger le monde des Humains, une expédition va devoir s’aventurer dans les profondeurs de la Grande Barrière de Roche. Ce qu’ils y découvriront les marquera à jamais.

Sorti le 20 mars 2019 aux Éditions du Saule.

Tout d’abord, pourrais-tu te présenter ?

Et bien, je me définis comme un rêveur. C’est déjà ce que disaient mes enseignants lorsque j’étais enfant et dans le fond, ils n’avaient pas vraiment tort. J’ai toujours rêvé de mondes peuplés de créatures formidables, où un être peut s’élever à la seule force de son abnégation et où la magie imprègne chaque destin. De fait, la Fantasy est un univers dans lequel j’aime m’abandonner, un univers que j’ai découvert dans l’adolescence à travers les jeux de rôles, le cinéma et la littérature.

Raconter des histoires, animer des personnages, vivre des aventures extraordinaires… Voilà ce qui occupe mon temps libre lorsque je n’exerce pas la profession d’assistant social au sein d’un hôpital.

Ton nom d’auteur ressemble assez à un pseudo. À quoi fait-il référence ?

C’est bien vu ! Mon nom d’auteur est inspiré de ceux qui ont construit mon identité de lecteur. C’est un hommage à trois grands auteurs de la Fantasy dont les œuvres, très différentes les unes des autres, ont accompagné mon adolescence. Il s’agit de Guy Gavriel KAY, Robert Ervin HOWARD et Raymond Elias FEIST. Ils sont pour moi, des maîtres du genre.

Jeux de rôles, théâtre et même danse classique, ton environnement est très artistique et ouvert sur l’imaginaire. Comme cela peut être très utile, explique-nous un peu ce qu’ils t’apportent, ou dans quelle mesure ils t’aident au cours du processus créatif.

C’est vrai que j’ai été formé à la pratique du théâtre, puis de la danse (ça ne parait pas évident lorsque je me mets de profil, mais je vous assure que c’est vrai.) Ce sont de formidables fenêtres ouvertes sur la création, sur l’introspection et sur l’imprégnation. Aujourd’hui, je n’y prête plus réellement attention, mais il est certain qu’inconsciemment, les arts de la scène étayent toujours mon travail d’écriture. J’ai besoin d’incarner les personnages auxquels je prête ma plume, comme s’il s’agissait de se fondre dans un rôle. Et puis, quiconque s’est déjà essayé à la danse classique, sait que ça requiert de la rigueur, de la persévérance et de la discipline. Des compétences qui, à mon sens, sont tout autant indispensables à un auteur.

Quant aux jeux de rôles, ils sont pareils à un trousseau de clefs. Ils permettent d’ouvrir des portes et d’accéder aux indénombrables mondes de l’Imaginaire. En ce qui me concerne, ils m’ont permis d’expérimenter mes premières visions de L’Autre Royaume et de créer les archétypes de mes principaux personnages. Tout ça, en s’amusant, bien évidement !

Raconte-nous un peu les coulisses de L’Autre Royaume. Comment est-il né ?

Un peu avant l’été 2018, j’ai participé à un concours littéraire organisé par les Éditions du Saule. Mon texte, Une danse d’été, a alors été sélectionné pour intégrer un recueil de nouvelles, paru le 27 octobre dernier. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de Damien KUBINA, le Directeur des Éditions du Saule. Un lien de confiance s’est établi entre nous et quelques temps après, nous avons signé pour L’Autre Royaume.

Au départ, ce récit n’était pas voué à devenir un roman. J’en ai débuté l’écriture en 2017, entre deux épisodes de Les légendes de la Moïra, une série littéraire publiée chez CKR-Éditions, au Québec. Ce devait être une nouvelle de quelques pages, mais emporté par l’histoire et ses personnages, L’Autre Royaume a rapidement pris une ampleur à laquelle je ne m’attendais pas.

Sans spoiler, on peu dire tu as ajouté à ce roman, très heroic-fantasy, un soupçon de science-fiction. Pourquoi ce mélange de 2 genres, apparemment aux antipodes l’un de l’autre ?

À l’été 2012, j’ai découvert un article de presse qui m’a fasciné. La sonde Voyager 1, lancée trente-cinq ans plus tôt, quittait le système solaire pour poursuivre sa course à travers l’univers, vers l’inconnu. Cette annonce ouvrait la voie aux perspectives les plus folles. Tout était imaginable et j’aurai fort bien pu écrire une histoire de science-fiction à ce propos, sauf que… J’ai eu envie de casser les codes en intégrant cet engin dans un récit de Fantasy. Il en est d’ailleurs le point de part, un effet papillon à l’échelle cosmique. Ça m’a amusé de placer L’Autre Royaume à la croisée des mondes des possibles et de l’Imaginaire. Après tout, qui sait quels mystères recèle l’univers ?

Comment envisages-tu la suite ? Y aura-t-il un tome 2 ou vas-tu te consacrer à un nouveau projet ?

Il y aura bien une suite, parce que L’Autre Royaume n’a pas encore révélé tous ses secrets et que certaines questions restent entières. D’autres projets sont également en cours, parmi lesquels se trouvent une comédie sentimentale et quelques collaborations à des projets dédiés à la jeunesse.

Outre-Atlantique, la première saison de Les légendes de la Moïra se conclue le 25 mai prochain et un intégral est prévu pour la fin d’année. La seconde saison de la série devrait débuter dans la foulée.

Plein de projet en perspective !

Tu as testé l’édition indépendante en France et au Canada. De nombreux auteurs sont tentés d’envoyer leurs manuscrits à l’étranger alors quelles sont les différences entre ces deux pays et lequel préfères-tu ?

J’ai la chance de travailler avec deux maisons d’édition de taille humaine, ce qui me permet d’échanger en direct avec les directeurs éditoriaux. Bien sûr, les contrats ne font pas référence à la même législation, mais l’accompagnement dans le processus éditorial demeure assez similaire. Des deux côtés de l’océan, j’ai affaire à des passionnés faisant preuve d’enthousiasme et de professionnalisme.

S’il doit y avoir une différence, je dirai qu’elle porte essentiellement sur la diffusion des ouvrages. Pour des raisons évidentes, chacun des éditeurs diffuse principalement ses livres sur son propre continent. Il faut l’avoir à l’esprit lorsqu’on signe à l’étranger. Cependant, l’essor du format numérique permet, d’une certaine manière, d’y palier.

Une petite dernière pour la route. Quel message ou conseil voudrais-tu transmettre à tous ceux qui rêvent d’être édités ou d’éditer leurs ouvrages ?

Je pense que les qualités essentielles à l’écriture sont la patience et la persévérance. Il faut prendre le temps de construire son histoire, de l’écrire, de la lire, puis de la relire. Vient ensuite le temps où il faut attendre le retour des maisons édition, sans désespérer, ni abandonner.

Sérieusement, écrire, c’est un peu comme se trouver en permanence dans une salle d’attente, toujours entre deux projets, entre deux réponses, entre deux espoirs… Ça peut être frustrant, angoissant même, mais tout vient à point à qui sait attendre, non ?

Et surtout, ne perdez pas vos rêves de vue ! Ne laissez personne vous en détourner, car sans rêves, il n’y a plus d’inspiration, plus de création… Rêvons donc !

Merci pour ce message d’espoir très juste. J’espère qu’il saura donner un coup de boost à celles et ceux qui en ont besoin.

Petite annonce avant de se quitter, si vous habitez les Hauts de France ou prévoyez d’un faire un saut pendant l’été, Gavriel Howard Feist dédicacera L’Autre Royaume le 6 juillet à la librairie de Dunkerque. Ça se passera de 15h à 18h, alors venez nombreux !

Merci beaucoup Gavriel. Je te souhaite bonne continuation dans tous tes projets.

Rendez-vous le 12 juin pour la chronique de L’Autre Royaume – La Grande Barrière de Roche. En attendant, retrouvez Gavriel sur Facebook et son site.

À bientôt !

Une réflexion sur “La parole à… Gavriel Howard Feist

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s