[Heroic/Dark Fantasy] Chronique des secondes heures de Tanglemhor T1 ~ L’Oeuf de Tanglemhor par Azaël Jhelil

Tanglemhor 1 2019

Bonjour à tous

Ça y est, l’hiver est là. La fin d’année approche à grands pas et certains profitent déjà des pistes de ski. Si vous préférez voyagez bien au chaud au coin du feu ou dans votre canapé, je vous ai dégoté, le livre de cette fin d’année : le premier volume de la série Chroniques des secondes heures de Tanglemhor : L’Œuf de Tanglemhor.

Auto-édité en mai dernier par Azaël Jhelil, cette quête vous emportera dans un tour de l’univers de l’auteur. Au programme, prairies verdoyantes, îles extraordinaires et terres enneigées. Le tout en compagnie d’un groupe aussi hétéroclite qu’attachant. Un grand merci à l’auteur pour cette superbe découverte.

Pour quels lecteurs

– Ados-adultes

– Inconditionnels de fantasy

– Tout auteur souhaitant se lancer dans une série de fantasy.

L’intrigue

« Le temps des mensonges est terminé, sombre crétin. C’en est fini du règne des accapareurs ! Les gros porcs qui gouvernaient l’Alliance ne tromperont plus jamais personne ! Les histoires inventées par vos faux prophètes pour imposer leur soi-disant « œuvre civilisatrice » ont vécu. Pourchassés par vos armées, réduits à la misère et à la famine loin de votre opulence, les peuples du Grand Aghar ont longtemps prié pour que leur vienne un sauveur. Alors, je suis venu. Moi, Krûl de Ssylsune, « monstre » issu des marécages les plus sordides où vous avez pu nous repousser, je suis venu. Pour vous faire payer vos crimes, votre insupportable arrogance. L’heure de la vengeance a sonné ! Qraasch et Naarubsahoum vous réclament le prix du sang ! »

Rejeté de tous, Krûl le semi-lacertys est devenu le prophète du dieu de la Vengeance pour tous les opprimés des cités du Bassin ctasharre et des terres indomptées du Grand Aghar. Ayant libéré par le fer et la sorcellerie les nations en colère, il règne sur un empire à la mesure de sa rancœur. Par la puissance de ses légions et le contrôle exercé par ses prêtres, le Premier vindicateur – dont la rumeur prétend même qu’il commande aux démons – impose désormais sa loi à ceux qui, jadis, l’avaient humilié. La répression est impitoyable… Les peuples « libres » apprennent à leurs dépens que la vengeance est la plus lourde des chaînes.
Il ne reste plus à l’empereur du Levant qu’à soumettre le duché de la Marche, dernier flambeau d’une résistance à l’agonie. Tout espoir est vain. Il ne reste rien.
Il paraît cependant qu’un audacieux s’est introduit dans la Citadelle noire et en a dérobé l’un des biens les plus sacrés du Très Saint Libérateur. Toutes les forces de l’Empire ont pour ordre de le ramener… vivant.

Collaborer ou résister ? Rester neutre ?
Rebelle ou bandit ? Question de point de vue.
Au cynisme des uns s’oppose le courage des autres.
Des clans barbares aux nations civilisées, du guerrier migou au jardinier myrmidon, pour les hommes et les fées, les ogres et les dragons, l’heure est venue de faire un choix : la soumission… ou la mort.
Seule la déesse de la Folie se rit encore du dieu de la Vengeance.

Entre dark et high fantasy, véritable hommage aux héros de la Résistance, les « Chroniques des secondes heures de Tanglemhor » sont une réponse au fatalisme ambiant et à la propagande des va-t-en-guerre de tous poils. Par une mise en scène quasi filmique, cette épopée sanglante et colorée emporte le lecteur dans un monde où la fureur des batailles rivalise avec la magie la plus noire pour exalter le destin de personnages flamboyants unis dans un seul objectif : la quête de Liberté.

Mon avis

Mise à jour : depuis juin 2019, ce tome 1 a été scindé en 2 avec une version augmentée et un nouveau prologue. Le second volume s’intitule L’Odysée du Liokûmkän. De ce fait, cette chronique a été modifié pour tenir compte de cette nouvelle version.

Entre heroic et dark fantasy, ce premier opus place la barre très haut. Tant au niveau de l’univers que de l’intrigue. En effet, contrairement à beaucoup de ses homologues, il ne se borne pas à un ancestral combat du Bien contre le Mal qui pousse les protagonistes à partir en quête de l’amulette qui leur permettra de vaincre les forces du Mal. Si l’auteur garde ce schéma, il nous donne bien plus. Il réussi à faire de son univers un miroir déformé du nôtre. Ainsi, les aspirations impériales de Krûl trouve un fascinant écho dans la montée de l’État Islamique. Voyez plutôt :

« À en croire Serpent de Lune, la civilisation ctasharre a créé son propre malheur en menant depuis des siècles une politique de plus en plus agressive à l’encontre des nations nomades, repoussées toujours plus loin vers l’ouest, et en écrasant économiquement les cités isolées du Grand Aghar. Cette hégémonie toute puissante et vexatoire a nourri un profond ressentiment qui s’est incarné dans la personne du Premier vindicateur. »

Mais ne vous y trompez pas, l’auteur n’a pas simplement cherché à transposer chaque nation ou groupement au sein de son univers, mais a créé des races avec une culture et une philosophie bien spécifique. Ce faisant, par le biais des personnages, l’auteur nous invite à les découvrir et à confronter certaines de nos idées reçues. Un univers très vaste, doté d’une géographie au top et où vous rencontrerez pas moins de 10 races pour environs 5 langues différentes. Un véritable monstre de précision. D’ailleurs, les annexes ajoutés dans la réédition sont un excellent moyen de creuser certains sujets.

Pour ce qui est des personnages, j’ai arrêté de compter tant ce volume en regorge (et je ne parle que des principaux et secondaires). Certes, ils sont introduits petit à petits, mais leur nombre élevé accroît le risque de confusion. Et là encore, l’auteur pense à nous. En effet, il ne s’est pas contenté de nommer ses personnages, mais a défini leurs noms en fonction du peuple auquel ceux-ci appartiennent. De quoi nous faciliter la tâche.

Et ce n’est pas tout ! La qualité se prolonge jusqu’au style qui serait parfait s’il ne souffrait pas de coquilles par-ci par-là.

Mise à jour : depuis juin 2019, ce tome 1 a été scindé en 2 avec une version augmentée et un nouveau prologue. Le second volume s’intitule L’Odysée du Liokûmkän. Très différente du premier tome, la couverture du second est néanmoins tout aussi sublime.

Le Verdict

En bref, ce premier tome des Chroniques des secondes heures de Tanglemhor est juste excellent ! Il suinte l’aboutissement d’années de travail et de persévérance sous toutes ses facettes.

Tantôt drôle, tantôt grave, souvent mystérieux et surtout bourré de suspens. Les dangers, eux, ne cessent de tourmenter les personnages qui n’en sorte pas toujours complètement indemnes. Le tout saupoudré de notes ingénieuses originales et bardé d’une intrigue réglée au cordeau et rondement menée.

Pour moi, cet ouvrage est tout simplement un incontournable du genre et me donne bien envie de découvrir la suite et de suivre Azaël Jhelil. D’ailleurs, vous le trouverez sur Facebook.

Suivez le lien pour vous procurer ce livre.

PS : En attendant la suite, vous trouverez une petite nouvelle intitulé Le Cygne d’Arbélia en hommage à son auteur aujourd’hui disparu.

coup de foudre

3 réflexions sur “[Heroic/Dark Fantasy] Chronique des secondes heures de Tanglemhor T1 ~ L’Oeuf de Tanglemhor par Azaël Jhelil

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s