[Espionnage] Le Trône de Cendre par Aurélien Grall

Trône de cendre

Bonjour à tous,

C’est bientôt Noël ! Les rues et les maisons ont revêtu leurs guirlandes féeriques. Les sapins décorés font la joie des petits et grands. Et la dinde appréhende autant le four que le Père Noël la cheminé.

Mais cette année, Noël, c’est avant tout un retour à la solidarité. Une lutte pour le pouvoir d’achat sans précédent qui force le gouvernement à faire machine arrière. Certains demande la démission du Président, d’autres l’avènement d’une nouvelle République.

Quel que soit votre intime conviction, je vous ai dégoté LE livre du moment. Autoédité par Aurélien Grall, L’intégrall du Trône de Cendre n’a rien du joli conte de Noël (d’ailleurs, il n’aborde pas du tout le sujet), mais tout d’une satire politico-sociale et vous promet, au passage, un petit saut dans le passé. Un grand merci à l’auteur pour ce SP.

Pour quels lecteurs ?

– Ados-adultes

– Amateurs de satyres et autres romans polémiques ou politiques

– Adeptes de mélange des genres.

L’intrigue

La France est secouée par de violentes manifestations. Le divorce entre le peuple et les politiques est consommé. L’espoir est mort. Victime de ces troubles, Walter, jeune étudiant, est tué sous les coups de la police. Adrien, son meilleur ami, jure de ne pas laisser ce crime impuni. Emporté par sa haine des puissants, il va mener la révolte très loin. Mais jusqu’où est-il prêt à aller pour faire justice ?

Émeutes meurtrières, prise en otage du président de la République, assaut de la télévision par un commando armé, le deuxième roman d’Aurélien Grall fait place au grand spectacle. Effrayant par sa fidélité à l’actualité politique, le trône de cendre vous tiendra en haleine jusqu’à la dernière seconde.

Mon avis

À l’image de son incipit in medias res, qui nous plonge à la fois dans les abysses du pouvoir américain et au cœur d’un soulèvement étudiant (causé par la mort de Walter), le roman s’inscrit dans une dualité en miroir. Mi-espionnage et mi-littérature contemporaine. Chaque genre est incarné par un protagoniste au destin scellé.

Malgré ses très nombreux personnages, ceux-ci sont se révèlent assez variés et surtout très bien incarnés. En plus de les introduire au fur et à mesure, le travail individuel nous permet de nous familiariser avec eux sans peine. Ainsi, à chacun son parlé, ses convictions, ses signes distinctifs et une évolution qui lui est propre.

Le second point fort de ce roman est sans conteste ses références historiques. Et il est assez curieux de remarquer que l’auteur se plaît à remonter le temps à mesure que l’intrigue défile. Ainsi, le point de départ de notre chronologie inversée n’est autre que Mai 68, puis des bonds successifs nous ramène jusqu’au Moyen-Âge. Loin de paraître saugrenues, ces références donnent du sens aux actions et accentuent leur légitimité.

On pourrait penser ce livre irréprochable et bien malheureusement non. Annoncé comme un thriller, il n’est hélas pas assez rythmé. En effet, malgré l’épais voile de mystère qui entoure l’intrigue, les révélations successives et les efforts de l’auteur pour nourrir son roman de péripéties, le rythme stylistique ne colle pas à celui de l’action. Dommage.

C’est d’ailleurs sur le plan du style que ce livre pêche le plus. Entre les tournures pompeuses, les trop nombreuses incises bavardes, les répétitions et autres coquilles, le style n’est pas assez ciselé et c’est bien dommage, car il en éclipserait presque la qualité globale de l’ouvrage.

Le Verdict

À l’origine publié en trois épisodes, Le trône de cendre ~ L’intégrall reste un bon roman et vous pourrez prolonger le plaisir avec une seconde série : Alienor, l’origine de toutes les haines. Comme son nom l’indique, il s’agit de la genèse du Trône de cendre, publiée en 2014.

Adrien se fait l’avatar de nos dirigeants qui, sous couvert d’incarner le renouveau, finissent par succomber à l’ivresse du pouvoir – voire à la folie des grandeurs. Si la petite révolution qu’il incarne a de quoi tenter, au début, on réalise bien vite combien cela semble illusoire et combien la frontière entre démocratie et tyrannie est mince.

Aurélien Grall prend un malin plaisir à jouer avec nos émotions. Aussi, comme Adrien et ses proches, on se sent happer par la machine infernale du pouvoir.

Son ton entre satire et polémique, quoiqu’un brin pessimiste, ne manquera pas de vous faire réfléchir et suscitera des débats. Bref, il ne vous laissera pas insensible. En tout cas, moi, il m’a donné envie de découvrir l’auteur.

Suivez le lien pour vous procurer ce livre.

je recommande

Une réflexion sur “[Espionnage] Le Trône de Cendre par Aurélien Grall

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s