[Heroic Fantasy] Les Chroniques de Gloriania T1 ~ L’élu de la Reine des Glaces par Maloisel Chevalier

Gloriania T1

Bonjour à tous,

Après avoir enchaîné les thrillers et livres d’horreur, j’ai eu envie de partir à l’aventure. Visiter des contrées lointaines où la magnificence n’a d’égal que la magie. Rencontrer des personnages attachant et insolites. Bref, prendre une bonne bouffée d’oxygène.

J’ai donc jeté mon dévolu sur le premier tome des Chroniques de Gloriania, par Maloisel Chevalier. Et je ne suis pas déçue ! Sorti en novembre 2017 aux Éditions ROD, L’élu de la Reine des Glaces ne vous laissera pas de marbre.

Je remercie l’auteure de m’avoir fait confiance pour ce SP.

Pour quels lecteurs ?

– Ados-adultes

– Amoureux de fantasy

– Personnes désirant construire un univers très vaste.

L’intrigue

« Que l’on soit bon ou mauvais, grand roi ou misérable voleur, nous répondons tous à un appel ? Celui de la Destruction ou de la Création, et personne ne sait si c’est un bien ou un mal. »

Warlike est un guerrier elfe sans prétention, sans rêve de gloire ni de conquête. Ses croyances s’arrêtent à ses amis et à son peuple, les dreamess. Pourtant, lorsqu’une armée traverse sa région sans halte, il comprend bien vite que les ennemis de son peuple, les celticiens, ne sont pas les seuls à le vouloir mort coûte que coûte. Poussé par une force mystérieuse, l’empereur Andrew est bien décidé à éliminer tous les disciples de la Création afin de répondre à l’appel envoûtant de la Destruction. Entre machinations divines, intrigues politiques et amoureuses, les dieux semblent avoir déjà tout prévu. Mais leur intervention sera-t-elle suffisante pour venir en aide à Warlike ?

Mon avis

La première chose qui vous happe dans ce livre, c’est son univers. Et à ce niveau, on est loin de la plongée ordinaire qu’offre la fantasy. En plus d’avoir sa propre histoire, le monde de Gloriania dispose de ses propres divinités, races (humaines, animalières et hybrides), cultures, rites, et même langues ! Mais ne vous inquiétez pas, ici nul besoin d’alphabet pour déchiffrer les dialogues.

Ces différentes facettes de l’univers sont dévoilées au compte goutte, selon les besoin de l’intrigue. Pour le reste, un glossaire très bien documenté finira d’assouvir votre curiosité. Dépaysement garanti.

Avec un monde aussi fourni, inutile de préciser que vous croiserez de très nombreux personnages. Environ 30 en comptant les protagonistes et personnages secondaires. De quoi avoir le tournis, mais heureusement, Maloisel Chevalier pense une fois de plus à notre confort et échelonne les rencontres. Sur ce point, une seule chose m’a donné du fil à retordre : les surnoms des divinités. Comme quoi, un glossaire, c’est toujours bien utile.

Très bien travaillés, ces personnages ont tous une identité et psychologie unique. Sans parler de leurs travers…

Au niveau des prénoms, on remarquera facilement plusieurs inspirations. D’un côté, on retrouve du classique qui consolide le genre du roman et de autre, on découvre un brin d’anglophonie (Warlike & Andrew), une tendance nordique (les celticien) et même japonaise (Akira). Rien d’étonnant à ce dernier point, puisque l’auteure est fan de l’univers d’Akira Toriyama.

Même si ces inspirations ne permettent pas d’identifier une culture ou un peuple, cela participe à la couleur locale globale déjà très travaillée.

Du côté des thématiques, ne vous attendez pas à de grands bouleversements. On reste dans du très classique : le Bien contre le Mal, l’Amour ou encore l’Honneur. Mais cela ne veut pas non plus dire que l’auteur nous donne du déjà lu et ils se révèlent d’ailleurs très efficaces.

Avec toutes ces qualités, on pourrait penser que ce premier tome est parfait, mais ce n’est hélas pas le cas. Pour trouver les erreurs techniques, il faut se pencher sur la narration. On y retrouve pas mal de faiblesses de style telles que :

  • des lourdeurs

  • des verbes de dialogues bavards

  • des approximations de langage

C’est vraiment dommage, car le roman perd en fluidité. De plus, un certain nombre de phrases de type « Warlike ne vit pas… » nuisent au suspens, car cela téléphone la révélation ultérieure du mystère.

Heureusement, l’auteure parvient à contrebalancer ces défauts par de nombreuses péripéties et retournements de situation. Le récit conserve ainsi un côté addictif, pour notre plus grand plaisir.

Le Verdict

Malgré tout, L’élu de la Reine des Glaces reste un très bon premier tome et sa fin donne envie de rempiler illico sur la suite et de découvrir plus en avant l’univers de Maloisel Chevalier.

Son univers très fourni et bourré d’idées ingénieuses le rendent totalement dépaysant. L’intrigue, alternant la progression des différents camps, contribue à mettre en place un rythme soutenu du premier au dernier chapitre. Ce qui en fait une super aventure à vivre et vous aidera sans doute à créer votre propre monde.

Par contre, je ne vous recommande que la version papier, car la mise en page en numérique souffre d’un écueil majeur : le glossaire n’est pas accessible en cliquant sur des liens. Les mots expliqués sont simplement mis en italique. Si vous optez pour l’ebook, deux choix s’offriront donc à vous. Soit vous vous amusez à faire les allers-retours manuellement (au risque de vous spoiler des passages et de devoir rechercher la page où vous en étiez). Soit vous prenez le pari de lire le glossaire après (ce que j’ai fait), mais vous vous priverez de précieuses informations qui entameront peut-être votre plaisir de lire. À vous de voir.

Suivez le lien pour vous procurer ce livre en broché ou en numérique.

je recommande chaudement

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s