[Espionnage] Operation Hail Storm par Brett Arquette

Hail Storm

Bonjour à tous,

Il y a plusieurs mois, j’ai eu la surprise de recevoir une proposition pour un SP tout droit venu des États-Unis ! Sur le moment, mes émotions se situaient entre « Dites-moi que je rêve ! » et « Elle est où l’arnaque ? ».

Sans plus de préambule, aujourd’hui je vais donc vous parler de Operation Hail Storm, le premier tome de la trilogie Hail. Autoéditée en novembre 2016.

Je tiens à remercier l’auteur pour cette incroyable opportunité.

Pour quels lecteurs ?

– Tout public

– Fans d’espionnage comme de thriller

– Personnes souhaitant aborder un univers technique.

L’intrigue

Marshall Hail était un mari, un père, le gagnant d’un prix Nobel de physique et un milliardaire issu de l’industrie nucléaire. Mais lorsque se retrouve assassinée lors d’une attaque terroriste, il se transforme en prédateur et réinvestit le capital de son empire industriel pour tendre vers un but : éliminer toutes les personnes figurant dans le Top 10 des terroristes du FBI. Aidé par ses collègues du MIT, Hail conçoit et construit un arsenal de drones aux attaques dévastatrices. De toutes formes et de toutes tailles, leurs pilotes ne sont autres que les meilleurs jeunes gamers de la nations. Le monde réalisera que Marshal Hail possède de quoi éliminer qui que ce soit, partout et n’importe quand. Allié ou ennemi ? Pour le savoir la CIA déclenche une mission assez embarrassante baptisée Operation Hail Storm.

Mon avis

Au bout de quelques chapitres, la première chose qui m’a marqué c’est sa structure. En parallèle, on voit d’abord les personnages de premier et second plan évoluer dans leur vie et mission respective, avant de se retrouver à collaborer ensemble sur l’Operation Hail Storm. Ainsi, l’intrigue se déroule à travers 3 angles de lecture :

  • Hail et Kara

  • Les éminences grises de la Maison Blanche

  • Les méchants (désolée, il faut bien préserver le suspens)

Et ceci tout en conservant un narrateur externe.

Mais au-delà de l’évolution de l’intrigue, l’auteur dévoile les intérêt de toutes les parties. Ainsi, si le démarrage est plutôt long, la tension et le suspens montent assez vite.

Pour moi, le coup de génie de ce roman réside dans son style.

Certes les règles de l’écriture dans le monde anglo-saxon ne sont pas les mêmes que celle de la francophonie, mais certaines choses restent quand même valables dans les 2 cas.

Ses qualités tiennent en 3 mots : simple, imagé et surtout pédagogique.

Il facilite l’immersion dans un univers militaire et très technologiques. Avec son souci du détail l’auteur va jusqu’à nous expliquer l’utilisation de certains outils que vous n’aurez sans doute jamais la chance d’avoir entre les mains.

Publié en deux éditions (la standard et la « classroom », conçue pour les salles d’écoles) ce roman ce démarque totalement des classiques de l’espionnage, qui sont parfois ennuyeux et souvent hermétiques. Ici, même un gamin de 10 ans arriverait à tout suivre avec plaisir. À condition d’avoir un niveau relativement bon en anglais.

Côté rythme, ne vous attendez pas à rencontrer celui du thriller typique. En effet, l’intrigue prend un certain temps à démarrer et oscille ensuite entre phases d’actions (pour les missions de terrain, même à distance) et de relâchements. Ces secondes parties permettent aux différents alliés de circonstance d’apprendre à se connaître et fait la part belle à l’humour. Très second degré et souvent ironique, on se surprend facilement à sourire avec les personnages. Voyez plutôt :

« — Donc vous ne pensez pas que le terrorisme n’a rien a voir avec la religion ? »

Absolument pas, dit Hail en laissant tomber la croûte du pain dans son assiette de salade verte encore intacte. La religion est une excuse. C’est un outil qu’ils utilisent pour attirer d’autres opprimés à rejoindre leur club. Du genre, allons voler, violer et tuer des gens. C’est cool parce que Dieu le dit. C’est une guerre sainte ! »

Le Verdict

Annoncé comme un techno-thriller, je le classerai plus volontiers dans la section espionnage. En effet, son rythme général me semble pas assez soutenu. Cependant, je trouve que c’est le livre idéal pour débuter en espionnage, même en VO.

Seul bémol : un sentiment de facilité, sans doute du au fait que l’action se tient à distance des personnages.

En bref, un roman aussi drôle que palpitant qui ravira geeks et néophytes. Cette série démarre sur une base solide que je suivrai (ainsi que son auteur) avec plaisir.

Hail série

Envie de poursuivre le plaisir ? Retrouver Brett Arquette sur son site.

Suivez le lien pour vous procurer ce livre.

je recommande

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s