[SF] L’affaire Haartmenger par Ghyld V. Holmes

Haartmenger

Bonjour à tous,

Que ce soit pour faire du sport, conduire, cuisiner, et même nous aider à bien dormir, nous sommes de plus en plus connectés. Une technologie de pointe, nous veut-elle simplement du bien ou cherche-t-elle à s’immiscer toujours un peu plus dans notre foyer ? Le débat est relancé par les A.I développées par les géants du web.

À l’heure où la Science-fiction devient de plus en plus réalité, Ghyld V. Holmes repousse encore les limites du genre.

Entre policier, hard SF, cyberpunk ou encore anticipation, L’affaire Haartmenger promet un aller simple dans un univers dominé par les NBIC.

L’intégrale des deux saisons est publiée en 2018 par Anima Studio Productions. Je les remercie, ainsi que l’auteur pour cette superbe découverte.

Pour quels lecteurs ?

– Adultes (Certains passages sont susceptibles de heurter la sensibilité du jeune public)

– Inconditionnels de SF

– Amateurs de NBIC et des technologies de demain

– Personne souhaitant écrire une série.

L’intrigue

En 2103, Europa est la première superpuissance au monde.
Berlin est sa capitale.
Dans la nuit du 5 au 6 Mars, le corps de Massimo Haartmenger, fils du Ministre de la Sécurité Nationale d’Europa, est retrouvé dans une ruelle sordide de Berlin, vidé de tout son sang.
Cette affaire hors-norme est confiée à Anasthasia Kovarowski, l’inspectrice la plus populaire d’Europa depuis le démantèlement du réseau XWrong.
Épaulée par ses 2 équipiers, les inspecteurs Herzmann et Gœrst, elle va vite se rendre compte que l’affaire Haartmenger est bien plus qu’un simple homicide.
Confrontés à une affaire quasi d’État, dont les enjeux les dépassent, ils comprendront rapidement que leur vie n’a aucune valeur aux yeux de ceux qui tirent les ficelles…

Mon avis

Avant toute chose, je précise que cette chronique est basée sur la version intégrale de la série. Elle rassemble les 6 tomes de la première saison et le tome de la seconde.

Saison 1& son intégral

L’ensemble laisse place à 2 livres séparés par un interlude et débutant par un prologue. L’ensemble, lui, compte 4 parties. Une façon astucieuse de passer de parcourir les tomes en y voyant que du feu.

Dès les premières pages, de nombreuses notes jalonnent le récit. Si d’ordinaire, je ne suis pas particulièrement fan de cette pratique (pour une question évidente de coupures intempestives de la lecture), force est de constater qu’elles aident à pénétrer l’univers et évitent de longues explications, qu’il aurait été difficile d’intégrer au récit.

Passé l’avant-propos, le prologue du livre 1 nous propulse directement au cœur de l’action. Un incipit in media res redoutable qui ne donne plus envie de lâcher le livre, même après la fin.

Dans la globalité, son style est un véritable caméléon. À la fois incisif, imagé, simple (mais ciselé) pour un rendu d’une efficacité à toute épreuve. Côté dialogue, on retrouve le côté très pro indispensable à tout bon polar qui se respecte, agrémenté d’une bonne dose d’humour (souvent ironique, parfois cynique et très second degré). Une bonne façon de contre-balancer la tension croissante et l’ambiance assez proche du cyberpunk.

Et le rythme n’est pas en reste, puisqu’il fait littéralement corps avec les actions de l’intrigue. Voyez plutôt :

Ils étaient cernés de toute part. 

D’un côté, les ascenseurs, tous désactivés. 

De l’autre, Kovarowski et ses hommes. Quant aux deux escaliers, leurs accès étaient condamnés par deux unités d’une dizaine de policiers chacune.

Le chef du commando désigna à deux de ses hommes l’un des groupes et mima de se trancher la gorge avec le pouce. Puis, il fit signe à tous les autres de se coller contre les portes closes des ascenseurs.

Autour d’eux, les flics resserraient lentement leur étau, pas à pas, précautionneusement.

Sans surprise, le souci de précision mis en œuvre pour l’univers déteint sur les personnages. Ces individus à part entière font montre d’une grande cohérence et se révèlent aussi originaux qu’uniques.

Aucun faux-pas technique, donc pour un rendu totalement addictif.

En fait, cette série a tout pour être parfaite si ce n’est un bémol, décuplé par ses 717 pages : les coquilles. Surtout des oublis de traits d’union, de virgules et parfois de mots.

Chose rare, l’éditeur invite les lecteurs à l’aider à éliminer ces coquilles résiduelles en échange d’une mention dans les remerciements. Une initiative humble qui m’a touché. Du coup, j’ai profité de ma lecture pour traquer tous les resquilleurs. Résultat, une version révisée, sans fautes.

Le Verdict

L’affaire Haartmenger prend place dans Europa 2100, un univers vaste, sombre, inquiétant, qui se dévoile un peu plus au fil des pages. Un univers où science, politique, religion, complots, secrets et révélations s’entremêlent en une vision d’un avenir fonçant en roues libres vers l’Abîme.

Comme le suggère cette accroche dans les crédits, L’affaire Haartmenger, est plus qu’une simple série de SF, elle vous emporte dans un univers réglé au détail près. Les notes et les deux rapports en annexe permettent d’étendre encore l’univers, laissant la possibilité d’utiliser les éléments mis de côté pour d’autres romans ou séries.

En bref, une série inoubliable bardée de petites références à des piliers du genre qui s’incrustent à merveille dans le récit. Très bien ficelée et rondement menée, elle préserve le suspens jusqu’à la fin, pour notre pus grand plaisir.

D’ailleurs, je vous invite à le prolonger grâce au site et à la page Facebook consacrée à la série.

Suivez le lien pour vous procurer ce livre.

coup de coeur 18+

2 réflexions sur “[SF] L’affaire Haartmenger par Ghyld V. Holmes

  1. Bonjour, bonjour, Léona.
    Je voulais juste vous remercier d’avoir pris le temps de lire ce pavé qu’est L’affaire Haartmenger, ainsi que pour votre très belle chronique. 🙂
    En pleine écriture de la suite des aventures de Kovarowski et de ses amis, c’est l’article qui me fallait pour me booster encore plus ! 😉
    Un GRAND merci donc. 🙏🏻
    Ghyld.
    PS : et je vous remercie d’avance pour votre contribution à la chasse aux coquilles. L’affaire Haartmenger était mon premier roman, pour le suivant, je redouble de vigilance et d’efforts pour les éradiquer dès l’écriture ! 😉

    J'aime

    1. Bonjour,
      Cette chronique reflète simplement la qualité de votre travail.
      J’ai pris énormément de plaisir à le lire. Je suis convaincue que L’affaire Haartmenger trouvera son public.
      Merci à vous, je resterai à l’affût de votre nouveau projet.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s