[Thriller] Je ne t’oublie pas par Sébastien Didier

je ne t'oublie pas

Bonjour à tous,

Malgré les percées du soleil la saison reste encore fraîche et ça tombe bien, car ce livre va vous faire frissonner. Mi-thriller psychologue, mi-thriller policier, Je ne t’oublie pas est un primo roman signé Sébastien Didier.

Sorti en avril 2018 en autoédition par la communauté Fyctia, il n’a rien à envier aux grands noms du genre. Alors un conseil, retenez bien ce nom.

Pour quels lecteurs ?

– Public averti (contient des scènes susceptibles de troubler certaines sensibilités)

– Inconditionnels du thriller

– Adeptes de l’horreur

– Personnes souhaitant écrire un thriller psychologique et/ou policier

Un seul SMS aura suffi à faire basculer la vie de Marc Vasseur. Un SMS de rupture. Mais pourquoi sa femme quitterait-t-elle du jour au lendemain une famille et une vie en tous points idylliques ?
L’enquête piétine. Et ce ne sont pas les voisins des Vasseur à Bellevue Park qui la feront avancer. Dans ce luxueux lotissement privé, discrétion et silence ont été érigés en art de vivre.
Trois mois après la disparition de Sandra, Marc reçoit un message accompagné d’une photo. Celle d’une jeune fille qu’il n’a jamais vue, mais qui arbore un médaillon. Ce bijou, il le reconnaît, il en est sûr, c’est celui que portait Sandra. Celui qu’elle ne quittait jamais.
Que fait-il au cou de cette inconnue ? A-t-elle un lien avec la disparition de sa femme ?
Marc lance alors ses dernières forces à la recherche de cette fille. Et c’est un voyage au plus profond de la noirceur de l’âme humaine qui l’attend.

Grâce à sa structure en parallèle, le lecteur suit l’avancée de l’intrigue par trois ans différents : celui de Marc Vasseur, Paul Lombardier – le détective privé chargé de l’enquête – et « le méchant ». Ainsi, le récit se divise en trois fils conducteurs. De primes abords assez éloignés les uns des autres, ils se rejoignent petit à petit pour prendre tout leur sens et éclaircir les mystères.

Cette configuration, plus typique des films que de la littérature, place indirectement ces trois personnages comme le trio de protagonistes. Mais elle permet également d’instaurer une ambiance bien particulière et d’alimenter le suspense en permanence.

Pour ce faire, l’auteur compile plusieurs techniques pour un effet détonant.

Sans surprise, le narrateur à la troisième personne égraine les indices çà et là manière d’un polar classique. Vite rejoints par des secrets et non-dits, leur importance et leur impact sur l’intrigue augmentent crescendo. Quant aux révélations, elles deviennent de plus en plus sombres. Partielles à chaque fois, elles épaississent encore les mystères tout en donnant l’impression au lecteur de sombrer dans les abîmes du vice.

On remarquera également la présence de marqueurs temporels. Tout comme pour les indices, leur présence s’accentue tout au long du récit, jusqu’à intervenir régulièrement au sein des derniers chapitres. En plus de chronométrer l’intrigue (et donc de jouer sur son rythme), ils accentuent l’effet des cliff hangers.

Avec ces derniers, l’auteur ne nous laisse aucun répit et joue même avec nos nerfs. Si, au début, il se contente de les insérer à chaque fin de chapitre, ceux-ci finissent par coloniser progressivement les sections internes (séparées par les marqueurs temporels).

Résultat, un suspense haletant pour une lecture complètement addictive !

Il balaya la zone avec la torche et suivit le faisceau d’un regard inquiet. Le flux lumineux était beaucoup trop étroit pour lui permettre d’embrasser un angle suffisamment large. Il glissait sur l’écorce humide des troncs comme dans un carrousel macabre.

Marc jeta un œil par-dessus son épaule. Il n’avait pas parcouru cent mètres, néanmoins le plateau du lac n’était déjà plus visible. La forêt s’était refermée sur lui.

Un vent léger se mit à souffler, juste assez pour mettre la nature en mouvement, réveiller les murmures et faire danser les ombres.

Il avança de quelques pas.

Il n’avait pas rêvé tout à l’heure. Lisa non plus, en dépit de sa tendance à vouloir vraiment croire que sa mère était dans le parc.

Et si…

Crac !

Si les nombreux personnages font la part belle aux hommes, on saluera le travail réalisé pour créer de véritables êtres à part entière, qui brillent aussi bien par leurs différences que leur crédibilité.

Dans cet univers masculin, pas étonnant de retrouver un style emprunt de virilité. Fluide, simple, sans fioriture, mais précis, il reste suffisamment imagé pour garantir une immersion au cœur de l’action. Le rythme de la narration épouse d’ailleurs à merveille celui de l’action. De quoi vous donner l’impression de lire un film.

Le Verdict

Vous l’aurez compris, ce thriller est irréprochable (ou presque), car des coquilles résiduelles ternissent quelque peu le tableau par endroit.

Plus qu’un thriller, ce livre est une plongée sans bouteilles d’oxygène dans les tréfonds de la perversion. Une réalité idyllique où le rêve tourne vite au cauchemar. Un véritable page-turner qui vous happe et ne vous lâche pas.

Ainsi, je ne peu que saluer le travail, très professionnel, de l’auteur et son souci du détail visible depuis la couverture, qui reprend les codes du genre, pour un rendu global d’une crédibilité vous couper le souffle.

Un excellent thriller à lire absolument ! Je vous garantis que vous ne l’oublierez pas.

Pour ma part, je suivrai cet auteur avec plaisir. En attendant son prochain livre, retrouvez-le sur Facebook & son site.

coup de coeur 18+

Publicités

2 réflexions sur “[Thriller] Je ne t’oublie pas par Sébastien Didier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s