La parole à… M.S. MAGE

manon23

Bonjour M.S. MAGE, je te remercie d’avoir accepté ma demande d’interview. J’espère que tu n’as rien contre le tutoiement, car c’est un usage ici.

Avant de te harceler de questions, je vais présenter Les Enfants de Vénus aux lecteurs.

Quelques centaines d’années après la Révolution de Vénus qui a permis l’avènement d’une ère matriarcale, Physalis, princesse de Sàlissa et descendante de Vénus, est en âge d’enfanter une héritière pour le trône. Au mépris du protocole, elle refuse la méthode d’insémination et fait appel à un procréateur. Mais dans un futur où les hommes sont considérés par la plupart comme des êtres inférieurs, ce choix ne s’avère pourtant pas si simple…
Les deux jeunes gens que tout oppose commencent à devenir proches et cette intimité inédite remet en cause l’ordre établi. Face à la pression du conseil du royaume et aux interdits qui planent sur cette relation, Physalis va devoir faire un choix entre ses responsabilités d’héritière et ses convictions…

Les Enfants de Vénus est un roman d’anticipation, mêlant romance, aventure et science-fiction. L’auteur vous invite à plonger dans son univers futuriste insolite, ode à l’espoir, à l’égalité et à la nature.
Laissez-vous emporter par la délicatesse des sentiments et les rebondissements palpitants de cette histoire d’amour impossible !

Sorti le 13 août 2017 en auto-édition.

Tu es une toute nouvelle romancière, les lecteurs te découvrent, pourrais-tu te présenter pour qu’ils apprennent à te connaître ?

Bonjour ! Je m’appelle Manon, j’ai 30 ans, j’aime les lapins, je parle japonais, et je bois plusieurs tasses de thé par jour…

Plus sérieusement ? J’ai un master en cinéma, une formation en webdesign, et je suis une jeune padawan auteure et réalisatrice. Un robot multifonction en somme !

Les Enfants de Vénus est ton premier roman. Comment t’est venue l’idée ?

La première version de cette histoire est née sous forme de scénario de court-métrage. C’était un exercice d’écriture dans le cadre d’un cours de scénario dont le thème imposé était l’intimité. C’est là que l’idée d’une procréation entre une princesse et un homme dans un monde dirigé par les femmes est née. J’ai ensuite travaillé sur ce scénario pendant un an, puis, je l’ai mis de côté. Comme cette histoire ne cessait de revenir dans un coin de ma tête, j’ai fini par me repencher dessus. J’ai encore réécrit le court-métrage, mais je n’étais pas satisfaite. L’univers était trop vaste. J’ai donc travaillé sur un synopsis de long-métrage. Puis, la forme du roman m’est apparue comme la plus adéquate.

Tu travailles sur ce projet depuis 10 ans. As-tu des rituels d’écriture et as-tu eu recours à des techniques spécifiques pour ce projet ?

On peut dire que j’ai choisi la méthode freestyle ! Comme je connaissais parfaitement mes personnages principaux (leurs noms sont les mêmes depuis 10 ans), et que j’avais ma base de synopsis de long-métrage, j’ai décidé d’écrire directement, avec un vague chapitrage, selon mon inspiration. Bien sûr, le problème avec cette méthode c’est que lorsqu’il s’agit d’introduire un nouveau personnage ou un nouveau décor, il faut réfléchir sur le moment, et donc passer beaucoup de temps en recherche pendant l’écriture, ce qui peut s’avérer frustrant parfois.

Mais je ne pense pas pouvoir utiliser une autre méthode, je fonctionne beaucoup avec la visualisation. Lorsque je dois écrire une scène, il faut d’abord que je la visualise, en rêvassant en journée ou avant de m’endormir… Lorsque je me suis fait le petit film dans la tête, il est beaucoup plus facile de l’écrire.

10 ans. As-tu traversé des périodes de doute et comment les as-tu surmontées ?

Depuis ce premier scénario de court-métrage, j’ai toujours su que je finirais par faire quelque chose de cette histoire. J’ai douté sur la forme et sur mes capacités d’écriture, mais cela ne m’a pas arrêtée. Et puis, j’ai toujours été très bien encouragée par mes proches, ce qui permet de surmonter les phases de doutes !

Plus qu’un simple primo roman, il s’agit d’une série. Combien de tomes prévois-tu ?

Oui, car c’est un univers vaste qui demande de l’approfondissement. Je prévois 3 tomes, ce serait l’idéal pour boucler toutes les intrigues. Je suis actuellement en train d’écrire le deuxième, qui comprendra un peu plus d’aventure et aura un style de narration un peu différent. J’ai bien l’intention de donner une valeur propre à chaque tome, enfin, j’essaierais !

À travers ce livre, tu inverses les codes de notre société actuelle : presque entièrement féminine et hostile envers les hommes. Faut-il y voir un acte militant ?

Alors d’abord, je tiens à souligner que j’ai vraiment fait un effort pour que cette société inversée ne soit pas caricaturale. Il ne s’agit pas de femmes guerrières au comportement d’homme, ou d’hommes efféminés comme on peut souvent le voir dans ce genre de récits. Pas une inversion pure et simple, mais bien une réflexion sur ce que pourrait être le monde si les pouvoirs l’étaient. C’est un monde relativement en paix, mais quand même imparfait.

Un acte militant, je ne sais pas, mais je rêve bel et bien d’un monde où chacun serait accepté tel qu’il est peu importe son genre. Après, j’ai bon espoir que si un homme lisait ce livre, il pourrait s’identifier au personnage masculin et peut-être parvenir à imaginer ce que cela fait d’être considéré comme un sexe inférieur. Aïe, je crois que cela devient militant… Bon, ce que je veux dire c’est que j’aime tout le monde, les hommes et les femmes, alors vivons en paix s’il vous plaît ! 😉

As-tu déjà de nouveaux projets pour l’après Les Enfants de Vénus ? Si oui, peux-tu nous en parler ?

J’ai toujours plein d’idées dans les placards. Côté roman, j’ai un projet de romance, cette fois dans un univers contemporain, qui se vivrait au fil des saisons. Côté scénario, j’écris actuellement une web-série, et je ne peux pas vous en dire plus, à part que cela mêle plusieurs genres dont la science-fiction.

La plupart du temps, les jeunes auteurs passent par l’édition traditionnelle. Qu’est-ce qui a motivé ton choix pour l’auto-édition ?

C’est une bonne question ! Honnêtement, j’aime maîtriser mes projets du début à la fin, et je voulais réellement pouvoir offrir cet univers directement aux lecteurs, et sans plus attendre. C’est beaucoup de travail, mais c’est aussi très gratifiant lorsque l’on voit les retours.

Je ne dis pas que je ne pourrais pas passer par l’édition traditionnelle, mais peut-être pour un autre projet ou lorsque celui-ci sera terminé. Le problème avec Les Enfants de Vénus, par ailleurs, c’est qu’il est difficile de le faire rentrer dans une case d’éditeur. Les éditeurs de science-fiction ne veulent pas spécialement de romance, et les éditeurs de romance ne publient pas de science-fiction !

Une petite dernière pour la route. Quel message ou conseil voudrais-tu transmettre à tous ceux qui rêvent d’être édités ou d’éditer leurs ouvrages ?

Je suis loin d’avoir toutes les réponses, mais je dirais tout bêtement qu’il faut s’y mettre ! Il faut écrire ! Se fixer une date limite pour terminer son ouvrage est une bonne méthode pour se motiver. Puis, ne pas avoir peur, garder confiance en son histoire, et ne pas hésiter à montrer son travail. Les gens sont bienveillants avec vous généralement.

Pour l’auto-édition, je conseille sans problème de passer par la plateforme KDP d’Amazon, c’est vraiment très simple et bien fait. Et ensuite, il faut se retrousser les manches pour faire parler de son roman ! Allez, moi j’y retourne d’ailleurs !

Merci beaucoup M.S MAGE. Je te souhaite une bonne continuation dans tes projets.

Pour vous aider à patienter jusqu’au 23 décembre 2017, rendez-vous sur son site.

Quant à moi, je vous retrouve pour la chronique de Les Enfants de Vénus. À bientôt !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s